REGARDS CROISES SUR L’ART-THERAPIE

Isabelle comment décrivez votre travail avec l’Art -thérapie?

Isabelle : J’ai trois types d’intervention avec l’Art-thérapie :

Les Séances individuelles

Les Ateliers mensuels

Les Stages.

Pendant les Séances individuelles, je vais proposer l’Art-thérapie lorsque la personne parle en image, ou quand la personne a besoin d’éclaircir une situation.

Les Ateliers mensuels :

Je propose, à chaque atelier, un thème et une technique différente.

Les personnes viennent complètement libres, elles ne savent pas à l’avance ce qu’elles vont créer, cela leur donne un grand espace de liberté et de possibilités.

Pendant les Stages sur 2 ou sur 3 jours je propose d’expérimenter les Ateliers que j’ai créés.

L’Art-thérapie est un moyen d’accès au soi par la créativité qui permet d’aller à l’essence, à l’essentiel tout en étant présent dans le corps.

En début d’atelier, l’exercice de la spirale est fondamental. Tracer puis contacter l’énergie de sa spirale permet de se centrer et d’entrer dans le travail.

Au début de l’atelier, je vais donner des consignes. L’impulsion est donnée et déclenche le processus de création.

 

Ludovic participe à un atelier d’Art-thérapie pour des personnes traumatisées crâniens.

Ludovic : Aujourd’hui je suis stressé, demain je serai heureux et je vais créer en fonction de mon état. 

Créer c’est mettre en concret et matérialiser ce que je pense au moment dit, pas il y a deux mois, ni dans une semaine. Dans une semaine, je ne ferai pas la même chose, je n’utiliserai pas les mêmes couleurs.

Cela s’appelle l’Art-thérapie et l’art est quelque part une thérapie parfois plus psychologique que physique.

En quoi cela vous aide par rapport à votre expression ? Vous arrivez mieux à communiquer ?

Ludovic : On communique en faisant de l’art.

A des moments je ne trouvais pas les mots, pour dire à la personne que cela n’allait pas. Cela m’apprend à penser et à pouvoir dire quand quelque chose ne me convient pas.

Comment Isabelle vous guide-t-elle dans l’atelier ?

Ludovic : Elle me guide, elle met à ma disposition un support et des couleurs de rubans, de peinture … Elle dit : « tu crées ce que tu veux avec ce matériel et ce thème ».

  • c’est la base de tout

La principale conception, c’est ma manière à moi de voir les choses.

  • c’est pas elle qui va me dire « fais ci fais cela », « non cela ne marche pas ».
  • c’est vraiment propre à la personne

les autres usagers ont leur propre conception

  • c’est eux qui conceptualisent les choses, ce n’est pas de la reproduction.

Cela vous libère-t-il de créer comme cela ?

Ludovic : L’art libère la personne et lui permet de s’extérioriser et permet de trouver des mots que nous ne trouvions pas ou que nous ne pourrions pas trouver tout le temps.

C’est l’action de créer ou c’est le résultat qui vous fait réfléchir ?

Ludovic : Moi j’ai un but ce n’est pas de créer de l’art abstrait, j’essaie de trouver quelque chose qui est à mon sens que je conçois et ensuite je vois ce que j’ai créé.

 

Joëlle est enseignante et s’occupe d’enfants en difficulté et en situation de handicap.

Quel effet cela vous fait de créer comme cela ?

Joëlle : C’est un espace de liberté, cet espace est vraiment important pour moi car c’est le seul espace ou je peux vraiment être vraie.

Quand je suis en atelier, je peux vraiment être moi-même, c’est à dire sortir tout ce qu’il y a au fond de moi, même quand je ne le veux pas d’ailleurs.

Je me sens libre et je n’ai pas beaucoup d’endroits ou je peux l’être sans jugement.

Cette sensation de liberté que vous pouvez avoir en créant vous aide-telle dans la vie ?

Joëlle : En fait, je suis quelqu’un qui a beaucoup de peurs et d’angoisses, ces ateliers me permettent d’en avoir beaucoup moins, de m’affirmer beaucoup plus. J’étais quelqu’un de timide, je le suis beaucoup moins.

Dans ma vie de tous les jours, cela me permet d’être plus calme, de savoir ce que je veux. Cela me permet vraiment d’exister un peu plus.

Cela vous permet de libérer aussi la parole ? C’est le résultat qui vous aide ?

Joëlle : C’est vraiment au moment ou je crée que cela me fait du bien. Nous avons toujours un échange après par rapport à ce que nous avons vécu et ressenti. Ce partage m’aide beaucoup parce qu’alors je mets en mots des sensations, des émotions que j’ai eues.

Le temps de dialogue à la fin de l’atelier sert à concrétiser tout ce qui s’est passé à l’intérieur de moi. Par la suite cette parole m’aide parce qu’elle me permet de mettre au jour des choses que je n’avais même pas imaginées.

C’est le fait de créer, c’est lié à votre imagination ?

Joëlle : Et puis après cela chemine et il y a un travail qui se fait souvent inconsciemment.

En fait je mets d’abord dans la peinture ou dans l’argile et après je mets en mots.

Cela me permet aussi d’être plus ouverte aux autres.

Cela vous a permis de prendre conscience de vous ?

Joëlle : De mes qualités comme de mes défauts et puis d’accepter aussi qui je suis.

Parce que je ne peux pas changer complètement, mais à partir du moment où j’ accepte qui je suis, forcément je vais avancer.

 

Alban est Masseur Kinésithérapeute et travaille dans une école de Kinésithérapie et en tant que praticien au centre Atma. Il vient en séances individuelles.

Comment procédez-vous en séances individuelles ?

Alban : En général je cherche ce qui me pose des problèmes dans ma vie de tous les jours

que cela soit sur mon organisation personnelle, sur l’estime de moi, sur plein de différents sujets.

Puis Isabelle propose de passer au dessin, les consignes sont de fermer les yeux de laisser faire, et de laisser venir ce qui va apparaître sur le dessin et après on essaye de regarder ce qu’il en sort. C’est toujours assez surprenant.

Ce que j’aime bien c’est le côté très simple de l’Art-thérapie ou il n’y a pas de grande réflexion au préalable pour moi. Il faut le faire et puis après on regarde juste ce qui émerge. Sans contrôle ni des couleurs, ni des formes, ni de l’espace. C’est ce qui émerge qui tout d’un coup fait apparaître une sorte de solution.

C’est surtout un travail d’acceptation ?

Alban : Un travail de recherche et d’acceptation. De recherche pour comprendre comment je suis et puis ensuite vient l’acceptation.

Cela me permet aussi de savoir que lorsque j’ai une émotion un peu forte, une contrariété ou une frustration, je sais que lors d’une séance, je vais pouvoir définir et comprendre un peu mieux ce qu’il s’est passé.

C’est plus un travail de compréhension que d’expérimentation pour vous

Alban : Je suis plutôt sur comprendre comment je fonctionne. C’est un outil qui est pour moi fantastique parce que je ne maîtrise rien et ça c’est super.

C’est toujours ludique, même si j’arrive « un peu noir », je commence à faire un dessin.

Je ferme les yeux, je prends 2 craies, cela va dans tous les sens puis d’un coup j’ouvre les yeux.

Tout d’un coup il y a une forme qui ressort alors que je ne m’y attends pas.

Cette forme, elle a un sens pour moi qui l’ai dessinée.

Je ne peux pas savoir ce qui va sortir dans le dessin.

Je ne peux pas savoir ce qui va être dit et quelle émotion va remonter.

Que ressort-il de ces dessins ?

Alban : Ce qui ressort des dessins, c’est ce qu’il y a au fond de moi, c’est mon mode de fonctionnement.

Ce n’est pas un médicament qui va faire du curatif, ce sont des petites gouttes sur le long terme qui vont épanouir qui vont faire que l’on va trouver un mode de fonctionnement qui nous convient. C’est une sorte de construction par rapport à la compréhension de soi.

 

Isabelle, vos patients vous parlent-ils des bénéfices que leur procure l’Art-thérapie ?

Isabelle : En atelier, je m’aperçois qu’il y a un cheminement qui se fait pendant l’atelier et il y a aussi une évolution d’un atelier sur l’autre. Ce cheminement créatif correspond à une méditation active.

C’est une évolution que vous voyez ou ils vous en parlent ?

Je pense à une personne qui témoigne sur le fait que parfois elle a une difficulté à entrer dans le travail proposé. Au départ elle vit cette difficulté, elle peut même ressentir une frustration et à un moment elle trouve le moyen de la modifier, de « switcher », d’entrer dans le travail. Cette expérience l’aide dans sa vie, par rapport à des situations qu’elle aborde maintenant plus facilement, car elle sait qu’à un moment cela peut changer, qu’il peut y avoir une ouverture.

 

Agnès est orthophoniste. Elle participe aux ateliers mensuels.

Agnès : Ces séances me permettent de vivre l’expérience de la découverte de ma créativité avec le soutien d’une présence et d’un regard contenants et jamais intrusifs. J’ai envie de faire un parallèle avec le stade du développement de l’enfant où, contenu par la simple présence de son parent, il découvre l’espace transitionnel du jeu et peut ainsi accéder à son propre univers intérieur. Dans ces ateliers, nous pouvons tous faire l’expérience que notre monde intérieur est – non pas vide – mais peuplé et qu’il l’est de façon singulière. Pour moi, c’est très rassurant !

Je fais à chaque fois l’expérience que cet atelier thérapeutique est, pour moi, le meilleure antidote aux pensées obsessionnelles car je le vis comme une sorte d’aventure non écrite à l’avance.

Il m’est assez facile, dans ce contexte, de me laisser guider par l’inconnu et d’être surprise par mes idées, mes pensées, mes émotions et mes réalisations. Créer, c’est donc aussi pour moi rencontrer des aspects inconnus de ma personnalité d’une façon non menaçante car symbolisée. 

 

Isabelle Archambault

06 16 48 33 75

www.somato-art-therapie.com

 



LA BOGUE D’AME

Bogue d’âme   Ame en bogue

Thème universel d’un contenant dans une matière ancestrale qui relie le présent au passé qui relie le dit au non dit.
La terre, l’argile sont des médiateurs archaïques de nos sensations, de nos émotions, de nos vibrations. La forme, le volume se font réceptacles de notre difficulté à vivre.

Qu’a-t-elle à nous dire ? Qu’a-t-elle à nous révéler ?


Tout peut se dire et se transformer à l’intérieur de cette Bogue d’âme . Elle devient l’alchimiste de nos vécus, de nos pensées, de nos expériences heureuses et malheureuses.

Bogue d’âme   Ame en vogue

Se déposent à l’intérieur de cette Bogue, les paroles dites. Se déverse plus ou moins tranquillement dans son intérieur, le verbe. Ils se façonnent, ils se transforment, ils évoluent.

Bogue d’âme   Ame en coque, âme en joie …



L’Autoportrait

Ce travail à partir de l’autoportrait nous fait naviguer entre le monde intérieur tel que l’on se perçoit et le monde extérieur tel que l’on nous perçoit.

Tout commence par le choix de la photo, puis par un recadrage et une transformation. Sachant que l’original existe quelque part, nous interrogeons l’être que nous avons été et celui que nous sommes aujourd’hui.

Apporter du contraste, des nuances, prendre soin de son image ?



« Le goût du toucher de l’Argile »

Nous apprivoisons l’argile en la touchant, en la malaxant et en lui donnant forme. En contactant directement l’argile sans intermédiaire, nous la façonnons et laissons notre empreinte. 

Le premier contact se fait souvent les yeux fermés et permet d’être au plus près de la sensation, à l’abri de son propre regard et de celui des autres. Ensuite, les yeux ouverts, nous sommes plus dans la réflexion, la mise en relief et la reproduction du connu.



L’AUTOPORTRAIT EN ART-THERAPIE

Ce travail à partir de l’autoportrait nous fait naviguer entre le monde intérieur tel que l’on se perçoit et le monde extérieur tel que l’on nous perçoit.

Tout commence par le choix de la photo, puis par un recadrage et une transformation.

 Sachant que l’original existe quelque part, nous interrogeons l’être que nous avons été et celui que nous sommes aujourd’hui.

Apporter du contraste, des nuances, prendre soin de son image ?



LA SPIRALE EN ART-THERAPIE

La spirale pour se centrer et entrer dans le processus créatif.

Nous partons d’un symbole énergétique délivré par le dessin la spirale. Il est intéressant de relier le travail symbolique que nous livre le dessin avec le ressenti corporel. Le fait que la sensation énergétique passe par le corps ancre dans une réalité et peut amener à un voyage intérieur. Des perceptions peuvent être perçues dans la main, dans le bras ou dans une autre zone du corps.

La spirale nous renvoie le miroir, l’image, la transcription visuelle et énergétique de l’instant de notre état d’être.



L’ART-THERAPIE et LE JEU pour L’ENFANT

 » Le jeu, fondé sur le symbolisme, offre des possibilités infinies. Il permet à l’enfant de faire l’expérience de sa réalité psychique, nécessaire pour que se développe en lui le sens se sa propre identité et où il trouvera l’agressivité aussi bien que l’amour » D.W. Winnicott

L’Art-thérapie peut aider un enfant en difficulté à se retrouver dans le jeu et la création, car en jouant, il extériorise ses préoccupations et ses émotions, il peut alors s’exprimer sans réfléchir, il est branché en direct avec ses émotions et son inconscient

L’Art-thérapie, par l’action ludique qu’elle propose, s’insère facilement dans le présent de l’enfant.

L’enfant exprime ses émotions et son imaginaire dans le jeu , la créativité comme une soupape de sécurité, d’autant plus qu’il ne maîtrise pas toujours le langage verbal

L’atelier Estime de soi s’adresse aux enfants qui ont des difficultés relationnelles, un manque de confiance en eux.  Des enfants extravertis ou introvertis se retrouvent dans le groupe et une synergie leur permet de s’extérioriser ou de se recentrer. Je propose des activités qui permettent aux enfants d’aller vers une meilleure connaissance d’eux-mêmes et d’avoir une meilleure relation avec les autres. De s’appuyer sur leurs ressources pour avancer et se sentir mieux.

S’écouter et se respecter, écouter et respecter l’autre, rencontrer l’autre et poser ses limites. Se concentrer et être plus autonome.

Isabelle Archambault

www.somato-art-therapie.com

 



NOTRE CORPS SE SOUVIENT article paru dans la revue SOMATO n°27

Notre corps se souvient de nos joies, de nos souffrances et de nos émotions. Son langage est souvent un mystère. Le premier pas consiste à se mettre à son écoute. Les émotions refoulées ou non exprimées s’inscrivent sous forme de troubles physiques et psychiques.

La Somatothérapie au moyen du Massage Sensitif® permet:

  • De Réunifier le schéma corporel.
  • D’accueillir les sensations et les émotions inscrites dans le corps sous formes de tensions musculaires, de troubles organiques ou de blocages respiratoires.
  • De reprendre peu à peu possession de son corps.

Le patient sent sa peau, la limite entre son intérieur et l’extérieur, cette sensation lui permet de se réunifier dans son enveloppe, de trouver sa limite par rapport aux autres et de prendre ou reprendre confiance en lui.

Ce qui a été vécu avant l’acquisition du langage et refoulé dans l’inconscient n’a jamais été mis en mots et peut donc être difficilement verbalisé. Le corps l’a mémorisé et va le retransmettre. Le décodage se fait à partir de cette expérience.

« Pratiqué dans un climat d’écoute, d’attention et de respect, le Massage Sensitif® aborde la personne dans sa globalité. Dès la prise de contact avec le massé, l’accompagnant entre dans un dialogue non verbal avec la personne à travers deux notions caractéristiques du Massage Sensitif®:

  • La tension-détente que va exercer le masseur en harmonie avec la respiration de la personne et qui va amener celle-ci à relâcher ses tensions. En faisant coïncider l’inspiration avec la tension et l’expiration avec le relâchement.
  • Les étirements et mobilisations : ce sont des invitations faites à la personne d’animer une partie ou la totalité de son corps à partir de “micropropositions et sollicitations spécifiques” qu’elle peut accepter librement.

Cette “libre expression corporelle” constitue une spécificité du Massage Sensitif®. Quand le mouvement se crée, il devient l’accord de deux êtres dans le respect et la confiance, dans un rythme commun permettant au corps de s’exprimer. Le physique, le psychique et l’émotionnel interviennent en synergie dans le toucher organique.(1) »

« Le toucher thérapeutique est respectueux, discret et enveloppant, il complète et renforce la parole. Un massage aide à renforcer ou rétablir la sensation d’unité et de contenant corporel. Il rassure et structure. Il a un rôle de réparation affective maternelle ou paternel. Il aide à prendre conscience des limites de son corps ce qui conduit à a différenciation.

A l’issue de la séance, un échange verbal s’effectue, il permet à la personne d’exprimer son vécu, de prendre conscience de ce qui s’est passé pendant le massage, d’en faire le décodage, de faire des liens et de donner du sens. (2) »

« Le toucher Organique: Le patient ressent d’abord la présence du thérapeute avant de se centrer sur lui-même, il s’agit d’une plongée dans la mémoire inconsciente de son corps. Le toucher organique est une expression en pluie: un nombre illimité de messages conscients et inconscients peuvent être émis et reçus simultanément par le patient. (3) »

Progressivement arrivent des remémorations ou des réponses viscérales et organiques. Le patient est à la fois acteur et spectateur du processus. Lorsqu’un mouvement se réalise au rythme du patient, le toucher devient une forme de communication et s’adresse au moi tout  entier. Avec le Massage Sensitif® le patient peut être aussi actif que le thérapeute.

(1) (2) (3) sources INFOMECA

Isabelle Archambault Mayer

www.somato-art-therapie.com



Le rôle du thérapeute

 

LE ROLE DU THERAPEUTE

Quels sont les éléments qui entrent en jeu dans le processus thérapeutique?

A travers l’expérience et le vécu des patients, j’ai observé que chacun des éléments:

  • Le Corps
  • La Parole
  • La Conscience
  • Le Thérapeute
  • Le Cadre

est primordial.

C’est l’interaction entre leur énergie propre qui amorce un mouvement de transformation.

Ceci, à partir du moment où il existe un espace thérapeutique, libre de tout jugement. Un espace, point d’appui du processus de changement.

Le thérapeute a pour rôle d’être un soutien et un accompagnateur vers une meilleure compréhension de soi. Par sa formation professionnelle et son expérience personnelle, il met les outils qu’il juge nécessaires au service du patient qu’il accompagne sur le chemin de l’autonomie et de l’individuation.

Le thérapeute perçoit l’émergence du matériel dans les dessins et saisit le moment où le niveau inconscient est atteint. Il permet de transformer un cercle négatif en cercle bénéfique. Il aide la personne à découvrir par elle-même ce qui est en elle.

« Chacun de nous a une tendance naturelle à la santé et est capable de trouver une issue personnelle à ses conflits » D.W.Winnicott

 

Isabelle Mayer Archambault


 

 




Thérapeute multi référentiel |
DOUCEMENT LA MEMOIRE S'... |
pharmacieenligne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Comment perdre du Poids, vo...
| le régime de Sosso
| TY BREIZH BIOS